Voyage et maladie : une combinaison impossible ?

portrait-slieve-leagues-nb

C’est un sujet très personnel que j’ai voulu abordé aujourd’hui et peut être un peu surprenant aussi, mais un sujet que je connais malheureusement plutôt bien.

Peu de personnes le savent mais ma famille souffre d’une maladie génétique appelée spondylarthrite ankylosante, un mot barbare pour désigner une maladie qui peut devenir assez handicapante. Pour faire court, nous avons les articulations et les douleurs d’une grand-mère de 80 ans souffrant d’arthrite depuis des années. Pas super super dit comme ça. Et pourtant, cela ne m’a jamais empêché de voyager. Ni moi, ni ma maman!

Concrètement, qu’est ce que ça veut dire être malade et voyager ? Dans la vie de tout les jours, cela signifie que les longs trajets en bus ou en avion sont ma hantise, je ne peux malheureusement pas randonner autant que je le voudrais, les sports extrêmes sont interdits, certains jours doivent être écourtés quand la douleur devient trop importante et je ne pars jamais sans antidouleur.

Qu’il s’agisse de douleurs physiques ou mentales, je sais que nous sommes nombreux dans le même cas. Alors, si vous aussi, vous souffrez d’une quelconque maladie, ne vous arrêtez pas là. Certes, je ne pense pas encore être prête à partir 6 mois en trek sac à dos mais tout est possible avec quelques adaptations.

Voici quelques conseils pour voyager malgré la maladie :

1. Ne surestimez pas vos forces

Il est parfois difficile d’accepter qu’on ne peut pas toujours faire autant qu’on le voudrait, je le sais mieux que quiconque. Pour autant, ne risquez pas d’aggraver votre situation en vous fixant un but trop difficile. Contentez vous d’une randonnée de 2h plutôt qu’un trek d’une journée. Vous n’aurez certes pas vu tout ce que vous auriez voulu voir, mais vous en aurez au moins un bout et vous tiendrez encore debout le lendemain.

glendalough-lake-retouche-1

2. Reposez-vous

Laissez un peu de répit à votre corps, surtout lorsque vous commencez à sentir les premiers signes de douleur ou de malaise. Privilégiez les activités calmes et la détente. Cela vaut toujours mieux que de risquer de gâcher le reste de votre séjour.

img_1152

3. Préparez votre voyage

Malheureusement, nous ne pourrons pas tous partir à l’aventure du jour au lendemain comme cela. Qui dit problèmes de santé dit préparation : médecins, check up, prescription… Je pars toujours avec une trousse à pharmacie pleine d’antidouleur et d’anti-inflammatoire. Le mode camping sauvage ou nuit à la belle étoile est aussi à proscrire en général. A nous donc les joies de la réservation d’hébergement (confortables)! Même si je dois avouer aimer une petite dose d’aventure par moment.

4. N’ayez pas peur

La maladie ne doit jamais vous empêcher de vivre ce que vous voulez. Certes, vous devrez vous adapter mais ne renoncez jamais à vos objectifs à cause d’elle. J’ai lu tellement d’histoires inspirantes de voyageuses avec un handicap beaucoup plus lourd, parfois même voyageuse solo. Alors, je me dit que ce n’est pas une petite douleur, si intense puisse t-elle devenir qui va m’arrêter.

5. Profitez de votre expérience et oubliez !

Oubliez la douleur, profitez de la chance qui vous est donnée de vivre ce que vous vivez.

Après tout, le voyage est bien connu pour ses vertus curatives, alors pourquoi s’empêcher de voyager ! 

img_1093

Publicités

Une réflexion sur “Voyage et maladie : une combinaison impossible ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s