Delphine- 26 ans- Expatriée en Thaïlande

Delphine Girard couverture

Bonjour à tous !

Je suis Delphine, 26 ans, expatriée en Thaïlande, sur l’île de Koh Samui depuis maintenant plus d’un an. J’ai toujours aimé voyager et je m’en suis rendue compte lors de mon premier voyage, il y a plus de 10 ans. Depuis cette première expérience, j’ai multiplié les occasions dès que j’ai pu (Espagne, Italie, Angleterre, Turquie…), mais je n’avais jamais voyagé hors Europe et je voulais « voir du pays ». Je voulais véritablement m’imprégner d’une culture totalement différente de la mienne.

Delphine Girard 1

Seulement voilà, partir à l’autre bout du monde pour plusieurs mois, ça fait envie, mais ça fait surtout peur. Pour moi, le seul moyen de dépasser cette peur et de me lancer, était de le faire dans le cadre d’un stage pour mes études car cela m’apportait un côté réconfortant d’avoir déjà un cadre et un contact sur place avant le départ.

J’ai réalisé ma première expérience en tant que « professionnelle » à l’étranger lors d’un de mes stages de BTS, en Espagne, et ce fut une expérience magique qui m’a donné un coup de fouet pour poursuivre mes ambitions.

Pourquoi ai-je décidé de m’expatrier ?

Je ne sais pas si je peux vraiment dire que j’ai choisi de m’expatrier. Je dirais plutôt que j’avais un rêveLe rêve de partir, découvrir, rencontrer, voyager. Le rêve de s’envoler pour plusieurs mois, quelque part dans le monde afin de m’imprégner d’une autre culture et d’un autre mode de vie.

J’étais (et c’est toujours le cas) très attirée par toute l’Amérique Latine, et après plusieurs voyages en Europe, et un premier stage en Espagne plus qu’encourageant, il était tant pour moi de tenter l’aventure.

Chaque année, lorsque nous devions réaliser un stage dans le cadre des études (depuis mon BTS jusqu’au Master), il y avait toujours une bonne raison pour procrastiner et repousser à l’année prochaine, parce que, soit dit entre nous, personne ne naît aventurier dans l’âme…et que partir seul, ça fait peur ! Puis, la dernière année d’études en Master est arrivée, et je savais que cette fois, je ne pouvais plus reculer. Ou je partais, ou je renonçais à mon rêve.

Vous allez surement me dire que j’étais jeune et que de toute façon, si je n’étais pas partie cette fois-ci, j’aurais quand même pu le faire plus tard. Mais non, parce que 1, procrastiner éternellement n’aboutit à rien, et 2, le stage est le cadre parfait pour partir (éventuelles bourses, contact sur place, apprentissage de la langue, objectifs dans le pays, tremplin pour la suite, contacts, etc…) et parce que c’est rassurant.

Bref, j’ai donc envoyé mes candidatures dans les pays où je voulais initialement me rendre (Pérou, Bolivie, Argentine…), puis une ancienne étudiante a posté une offre de stage sur Koh Samui (son ancien stage) sur le groupe Facebook de notre Master. En plein jus des révisions pour les partiels, j’ai envoyé mon CV sans trop y croire, tout en me disant que l’Asie, de toute façon, ça ne m’attirait pas plus que ça. Puis j’ai reçu une réponse positive avant toutes les autres, et j’ai donc foncé sur l’opportunité, faisant les démarches une à une, sans trop me poser de questions.

Voilà comment un 11 mars 2015, j’ai atterri en Thaïlande…

Delphine Girard 2

Qu’ai-je trouvé ici ?

L’aventure a donc commencé et je me suis très vite adaptée au mode de vie et à la culture. Je me suis sentie bien (malgré le manque des proches) et je me suis dit que la réadaptation à une vie « normale » serait surement très compliquée. Quelques semaines après mon arrivée, j’ai rencontré mon copain, un birman, avec qui je suis toujours aujourd’hui.

Vous l’aurez bien compris, repartir à la fin de mon stage devenait désormais beaucoup plus compliqué… J’ai donc réalisé mes 6 mois de stage, puis j’ai décidé de chercher du travail.

Je ne pouvais pas me répondre moi-même lorsque je me demandais si je voulais vraiment m’installer ici, combien de temps, et que faire après, mais à ce moment précis, je voulais juste rester. J’ai donc modifié mon billet retour afin de me laisser suffisamment de temps pour trouver quelque chose.

J’ai eu plusieurs entretiens, puis, de par mes contacts noués sur place, j’ai finalement trouvé un job de Manager dans un petit hôtel en bord de plage tenu par un français.

Si j’ai décidé de rester ici aujourd’hui, c’est pour plusieurs raisons : le climat, la qualité de vie, les opportunités professionnelles et mon chéri. J’ai un job pour lequel j’aurais surement dû attendre des années en France avant de l’obtenir et je sais que je continuerai d’évoluer. Alors oui je gagne moins qu’un SMIC, je n’ai pas de sécurité sociale et je ne cotise pas pour la retraite, mais avec le pouvoir d’achat que j’ai ici, je peux rembourser mon prêt, mettre de l’argent de côté et avoir une super petite maison, ce que je ne pourrais absolument pas faire en France en début de carrière.

Quels sont mes conseils ?

Concernant la destination elle-même, les opportunités professionnelles y sont nombreuses pour les jeunes diplômés si l’on est motivé et que l’on garde la tête sur les épaules. Les portes sont ouvertes et les débouchés vastes et nombreux, les possibilités d’avoir des postes à responsabilités et d’évoluer sont partout.

Néanmoins, Samui est une île très festive où tout vous semblera possible, il faut faire très attention, car ce n’est pas non plus le rêve américain et il ne faut vraiment pas perdre de vue ses objectifs. Ce conseil est vraiment très important si l’on veut pouvoir y rester et ne pas rentrer « bredouille ».

Cette île est peuplée de français (touristes comme expatriés), mais il ne faut pas uniquement s’enfermer dans cette communauté, même si au début, il est toujours naturel de s’orienter vers ce que l’on connait.

Delphine Girard 4

Mon conseil pour se nouer des contacts : sortez ! Parlez avec le staff et les propriétaires des restaurants quand vous allez dîner ou boire un verre, souriez, parlez autour de vous en soirée, dans un bar, à la plage…bref, partout, car vous ne savez jamais sur qui vous allez tomber, ce quelqu’un qui connait quelqu’un, qui…

Rendez-vous aux events et soirées des hôtels, parlez avec les managers, etc…

Pour ceux qui sont dans les secteurs tourisme / marketing / événementiel / relation clientèle ; les hôtels ont les meilleures opportunités.

Mes conseils concernant l’expatriation en général 

Il est bien de pouvoir se rendre dans le pays avant l’expatriation (sauf si vous avez déjà un plan précis). Le stage d’études est vraiment le tremplin parfait car il vous donne une première expérience dans le pays, mais un ou plusieurs voyages touristiques en amont feront l’affaire pour nouer contacts et connaissances, si vous ne faîtes pas d’études.

D’autre part, n’ayez pas peur de partir si vous n’êtes pas bilingue ! J’étais très loin de parler un parfait anglais à mon départ, et on progresse sur le tas, en s’ouvrant aux autres. L’essentiel est de se faire comprendre et d’être compris. Les gens se moquent que votre anglais soit parfait ou non du moment que vous pouvez communiquer, et ce d’autant plus que, selon la destination, l’anglais n’est pas la langue maternelle de tous ceux avec qui vous allez discuter! Restez souriant et ouvert, ne vous fermez pas lorsque l’on veut vous parler et n’ayez pas peur ! Prenez votre temps, n’hésitez pas à demander si vous n’avez pas compris… bref tout cela vient naturellement au fur et à mesure de toute façon.

Enfin, je vous dirais : lancez-vous ! La plus belle expérience de votre vie vous attend !

Delphine Girard 3

Quels sont mes projets pour l’avenir ?

Je n’en ai aucune idée pour le moment et j’essaie de ne pas trop me poser la question. J’essaie de me construire une sécurité financière pour plus tard. Continuer d’évoluer dans ma carrière. Continuer d’être épanouie. 

Et puis voyager. Encore et encore…

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Delphine- 26 ans- Expatriée en Thaïlande

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s